• Ingrid

Pourquoi fait-t-on des crêpes à la Chandeleur ?

Dernière mise à jour : janv. 7

Chaque année, le 2 février, les Français se ruent sur les crêpes sucrées ou salées pour les dévorer allègrement. Pourtant, peu connaissent les origines de cette étrange tradition.

Une crêpe pour la Chandeleur
Crédits photo : Elina Fairytale via Pexels

Blinis, pancakes, tortillas ou encore baghrirs.... Il existe de nombreuses variantes aux crêpes à travers le monde. En France, c'est la crêpe au froment qui perdure malgré les âges, un délice aussi bien sucré que salé, aimé des grands et des petits. En France, un jour lui est carrément dédié, la Chandeleur. Une drôle de fête qui mérite qu'on fasse un peu tour sur ses origines.


Les crêpes, une recette ancienne

La recette de la crêpe n'est plus toute jeune, les historiens estiment que son origine remonte à 7 000 ans avant Jésus Christ ! Mais à cette époque, elle n'avait pas exactement la même présentation qu'aujourd'hui, elle ressemblait plutôt à une grosse galette épaisse pâteuse, mélange de céréales et d'eau.

La recette a traversé les siècles et a évolué. La crêpe sucrée, composée de farine de froment, s'est peu à peu fait une place à côté de la galette de sarrasin bretonne, et la concurrence presque dans certaines régions du monde.


Pourquoi fait-on des crêpes à la Chandeleur ?

L'origine de la Chandeleur remonte à la Rome Antique. Ceux sont les Romains qui auraient créé cette fête afin d'honorer leurs dieux et leurs défunts. Ils veillaient avec des cierges, d’où le nom de cette fête : « fête des chandelles ».


Mais au Moyen-Âge, les chrétiens se réapproprient cette tradition et lui donnent un nouveau sens : la Chandeleur devient la fête des relevailles. Dans la religion catholique, on célèbre en effet la présentation de Jésus au temple, 40 jours après sa naissance, le jour de Noël, soit le 2 février. Les cierges étaient bénis et il était de coutume de préparer des crêpes. Leur forme ronde et leur couleur rappelaient alors la lumière, le soleil et l’allongement des jours.


Réussir sa crêpe grâce aux superstitions

Au-delà de l’aspect religieux, les crêpes étaient aussi un symbole de prospérité pour l’année à venir. D’ailleurs, il existait de nombreuses superstitions autour de la Chandeleur : « Si point ne veut de blé charbonneux, Mange des crêpes à la Chandeleur » bref, pour avoir une bonne récolte, il faut manger des crêpes le 2 février.


Et il y avait aussi une manière de faire ! Pour réussir son année, il faut faire « sauter la première crêpe de la main droite en tenant un Louis d'or dans la main gauche ». Tout un programme !


La coutume voulait ensuite que la crêpe soit déposée sur l’armoire de la chambre, avec la pièce glissée à l’intérieur. L’année suivante, il convenait de récupérer le tout et de donner la pièce à la première personne sans le sou que l’on croisait.


Aujourd’hui, la Chandeleur n'est plus entourée de tant de rites, mais la célébration a réussit à garder son caractère festif tout au long des siècles.


Mes conseils pour réussir sa crêpe pour la Chandeleur (et les autres jours de gourmandise)

On dit souvent que la première crêpe est la plus ratée. Pas assez de matière grasse, température insuffisante ou impatience… Il existe diverses raisons qui expliquent ce premier ratage. Pourtant, rien de plus simple que d'en préparer une petite dizaine, il vous suffira pour cela d'avoir dans vos tiroirs des oeufs, de la farine, du sucre et du lait (et un peu de rhum ambré pour relever le goût !). Assurez-vous que la poêle est assez chaude, que vous mis assez de matière grasse et surtout, donnez le temps à la crêpe de bien cuire. En cas, d’échec, ce n’est pas grave, cela vous donne une excuse pour être le/la premier/première à dévorer ladite crêpe !


Lire aussi :

gif