• Ingrid

Pourquoi mange-t-on du pop-corn au cinéma ?

Dernière mise à jour : 2 août

Plaisir des uns, enfer des autres, le pop-corn occupe une place importante dans les salles de cinéma. Un succès qui contraste avec son ancienne réputation.


Sucré, salé, au caramel ou au cheddar (oui ça existe et c’est délicieux), le pop-corn existe pour tous les goûts et sous toutes les formes. Pour comprendre cet engouement qu’il suscite, il faut revenir aux origines de son succès : le cinéma.


L’invention du chariot ambulant de pop-corn

Malgré ce que l’on pourrait croire, le pop-corn est très ancien, les Aztèques en consommaient déjà il y a 5 000 ans ! Pourtant, ce n’est qu’au XIXe siècle que le maïs soufflé connaît le succès d’aujourd’hui.

la première machine à pop corn

Pour comprendre cet engouement, il faut remonter en 1890 lorsque Charles Cretors créé la machine à pop-corn. Ce confiseur américain est un visionnaire : il invente un chariot à vapeur capable de griller des cacahuètes, de faire du café et de préparer du pop-corn. La transformation du maïs en pop-corn à travers la vitre attire petits et grands et fait son succès.


En 1893, Charles Cretors voit encore plus grand et décide de présenter sa machine à l'Exposition Universelle de Chicago. Le chariot attire l’œil d’un homme d’affaires américain qui rachète le brevet et le commercialise dans tous les États-Unis. Bientôt on en voit dans les cirques, les fêtes foraines et les événements sportifs. Partout, sauf dans les cinémas.


Lire aussi : Qui a inventé les chips ?


Un en-cas longtemps dénigré par les cinémas

Il faut savoir qu’à l’époque, le pop-corn a mauvaise réputation, c’est un en-cas populaire, peu cher et donc méprisé par les lieux élitistes. C’est justement le cas des cinémas, qui au début du XIXe siècle se veulent luxueux. Interdiction donc d’importer des friandises, et encore des moins des friandises au rabais.


C’est alors qu’arrive la Grande Dépression de 1929, la plus importante crise économique du XIXe siècle. Les salles de cinéma sont désertées. Puis en 1939, la Seconde Guerre mondiale est déclarée, le moral est bas, le cinéma devient le moyen idéal pour se distraire. D’autant qu’entre-temps, le cinéma est devenu abordable.


Le rationnement du sucre a augmenté le prix des sodas et des bonbons, et le maïs soufflé, peu coûteux à fabriquer, devient une délicieuse alternative. Certains propriétaires de cinéma comprennent alors les bénéfices qu’ils peuvent en tirer et proposent aux vendeurs ambulants une place au sein du hall d’entrée de leurs bâtiments en échange d’une petite taxe. C’est ainsi que le pop-corn est devenu un incontournable des salles obscures !


VIDÉO : Allons tous au Lobby ! Publicité d'entracte | 1957

Pendant les années 50, les cinémas incitaient les clients à aller acheter des collations par des publicités musicales. Le cinéphile pouvait alors se rendre dans le hall au début du film ou lors de l'entracte.

L’empire du pop-corn

Certains, comme Julia Braden, ont réussi à repérer très tôt l’intérêt du pop-corn. Cette Américaine a été l’une des rares à réussir à convaincre un gérant de cinéma d’installer un stand dès 1931. L’engouement pour le maïs soufflé lui a permis de créer un empire de « 14 400 $ par an, soit l'équivalent de 336 000 $ en dollars d'aujourd'hui », explique le New York Times.


Aujourd’hui, le succès du pop-corn est tel quel qu’il rapporte jusqu’à 85% des bénéfices des cinémas aux États-Unis, selon le New York Times. En France, la vente de confiserie représente en moyenne 15% du chiffre d’affaires des cinémas. C’est notamment grâce à la friandise que les cinémas ont pu survivre aux crises successives. En effet, les exploitants ne gagnent que 30% sur le prix de vente des tickets de cinéma.


Le pop-corn se vend aussi en sachet que l’on peut préparer chez soi. Le premier brevet a été déposé par la société américaine General Mills en 1981. Une idée qui s'est montrée lucrative, surtout en 2021 er 2022, avec l’interdiction de boire et de manger dans les cinémas qui ont fait décoller les ventes de pop-corn en sachet. Bref, qu’il soit adoré ou détesté, le pop-corn a encore de beaux jours devant lui !


Lire aussi : Pourquoi dit-on d’un pain perdu qu’il est perdu ?


Sources :