Pourquoi les profiteroles s’appellent-elles ainsi ?

Bien que très connue, la profiterole est souvent mal orthographiée. Il faut dire qu’elle est affublée d’un drôle de nom que l’on a du mal à cerner. Pour le comprendre, un petit voyage historique s’impose. L’occasion de remonter au temps où la profiterole se mangeait salée.

Trois profiteroles sur une assiette
Crédit : Canva

Des petits choux, de la crème pâtissière, le tout recouvert d’une sauce au chocolat… La description a beau être brève, il n’en faut pas plus pour dépeindre une profiterole. Le dessert emblématique des brasseries et bistrots d’aujourd’hui n’a pourtant pas toujours été composé de tels ingrédients.


Des petits profits pour les domestiques

Bien avant d’être le délicieux dessert que nous connaissons, la profiterolle (avec deux « l » à l’époque) était en fait une collation salée. En effet, au XVIIe siècle, il arrivait que les domestiques soient récompensés avec une boulette de pâte de pain cuite sous la cendre. Ce « petit profit » était alors appelé « profiterolle ». Elle était parfois fourrée d’un ragoût à base de gibier ou de volailles, de légumes et de champignons.

Au XVIIIe siècle, les profiteroles deviennent un plat à part entière : « Les cuisiniers appellent potage de profiteroles un potage fait avec de petits pains dégarnis de mie, séchés, mitonnés, et remplis de béatilles (des viandes délicates, nldr) », peut-on lire dans le Dictionnaire de la langue françoise, ancienne et moderne de Pierre Richelet (1759).


Lire aussi : La drôle d’histoire du carrot cake


De boulette de pâte à pain à chou sophistiqué

Finalement, c’est l’invention de la pâte à choux qui chamboule la recette des profiteroles. C’est l’Italien Penterelli, pâtissier de la reine Catherine de Médicis, qui aurait réalisé la première pâte à choux. Son successeur, Popelini, améliore la recette en imaginant le poupelin à base de « pâte à chaud » dans laquelle il fourre de la gelée de fruits.

Puis, au XIXe siècle, le célèbre pâtissier Antonin Carême s’inspire des profiterolles salées et garni les fameux choux de crème pâtissière. La profiterole sucrée est née. Quant à l’ajout de la sauce chocolat et de glace à la vanille, il daterait de 1875, mais l’histoire ne dit pas qui en serait à l’origine.


Lire aussi : Pourquoi les gaufres ont-elles des petits carrés ?


Pour résumer

Profiterole ou profiterolle ? L’orthographe du mot prête à confusion ! Aujourd’hui, nous l’écrivons avec un « L », mais pendant longtemps il en comprenait deux.


L’origine du mot profiterole vient de « petit profit » car la profiterole était à ses débuts un petit plat salé offert aux domestiques en récompense de leur travail.


Quelle est l’origine de la profiterole ? Le dessert tel que nous le connaissons aujourd’hui est l’œuvre de plusieurs générations de pâtissier ayant mis au point la pâte à chou. C’est notamment Antonin Carême qui eut l’idée de les fourrer avec de la crème pâtissière.


Vous savez à présent tout sur les profiteroles ! À vous d’épater vos amis avec vos nouvelles connaissances !