• Ingrid

Le salon de thé Angelina, une histoire centenaire

Dernière mise à jour : 11 déc. 2021

La Maison Angelina doit sa célébrité à trois points : son chocolat chaud, ses Mont-Blanc et son intemporalité. Car même après 118 ans d'existence, le salon de thé est l'un des plus en vogue en France... et dans le monde. Retour sur son histoire, riche en gourmandise.

Difficile de résister à l'appel du chocolat chaud lorsqu'au dehors, il pleut et il vente. Cap vers la Maison Angelina pour s'y réchauffer avec des boissons et des pâtisseries réconfortantes. Et en attendant votre commande, pourquoi ne pas en apprendre un peu plus sur ce salon de thé unique et intemporel ?


Un lieu de plaisir et de gourmandise

Tout débute au XXème siècle, en plein cœur de la Belle Époque. Un confiseur autrichien du nom d’Anton Rumpelmayer souhaite s’implanter dans le sud de la France. Il y ouvre un salon de thé à Nice où se retrouvent les femmes du beau monde dont l’Impératrice Sissi. Celle-ci raffole tant des pâtisseries du confiseur qu’elle lui donne en 1896 la mention « maison impériale ».

Il faut dire que Rumpelmayer ne cesse d’être inspiré, même par le plus haut sommet des Alpes. Celui-ci lui aurait donné l’idée de son célèbre gâteau Mont-Blanc : un cœur de meringue recouvert de chantilly, le tout coiffé de vermicelles de crème de marrons rappelant la chevelure des femmes de l’époque.


Il le sert le plus souvent avec le chocolat chaud "L'Africain". Une boisson de la maison composée d'un mélange de trois fèves de cacao d'Afrique, de lait entier pasteurisé et de crème pâtissière. Impossible de vous en dire plus, la recette est gardée secrète...


Lire aussi : "Le Chocolat", le film plein de douceurs


Direction la capitale

En 1903, le succès de ses boutiques du Sud pousse Rumpelmayer à envoyer ses deux fils tâter le terrain dans la capitale française. Le premier s’installe rue du Faubourg Saint-Honoré sous le nom de « café Rumpelmayer » tandis que le second fonde le salon de thé du 226 rue de Rivoli. Pour se distinguer, il l’appelle « Angelina » en l’honneur de son épouse, Angeline.

La décoration de ce salon est confiée à Édouard-Jean Niermans, célèbre architecte néerlandais à qui l’on doit notamment le Moulin Rouge. Dès son ouverture, le salon de thé Angelina devient le rendez-vous incontournable de l’aristocratie parisienne. On y croise Proust, Coco Chanel et les plus grands couturiers français qui s'y hâtent pour y déguster le fameux Mont-Blanc et l'inoubliable chocolat chaud.


Lire aussi : La (grande) histoire du chocolat chaud


Une institution centenaire

Aujourd’hui, la Maison Angelina est une institution vieille de 118 ans. Le Groupe Bertrand, qui l’a repris en 2005, a réussi à conserver son histoire tout en lui donnant un brin de modernité. Son succès est resté intact malgré les années, et les touristes s’y pressent pour y déguster ses produits phares. Alors si vous comptez découvrir ce lieu intemporel, allez-y plutôt en semaine sous peine de devoir subir les longues files d’attente !


L’anecdote en plus : vous pouvez demander à être installé à la table « 45 », la table de Coco Chanel…


Sources :