La petite histoire du chocolat chaud

De sa découverte par les Mayas à sa démocratisation en Europe, retour sur les origines du chocolat chaud.

Le morceau de chocolat que vous avez peut-être dévoré aujourd'hui est le fruit d'une longue histoire méconnue. Découverte par les Mayas puis exploitée par les Espagnols, la fève de cacao a connu un développement soudain à travers le monde. Une chose est sûre : le chocolat n'aura laissé personne indifférent.


La découverte des fèves de cacao

Les fèves de cacao, éléments phares du chocolat chaud, ont une histoire ancienne de 4 000 ans. Cette graine au goût amer était autrefois utilisée par les Mayas qui y voyaient la manifestation physique de Quetzalcóatl, dieu de la sagesse. En son hommage, les Mayas l’avaient appelé « xocoatl ».


Le breuvage était mélangé avec des épices et du piment, ce qui permettait de procurer beaucoup d‘antioxydants. Ses propriétés médicinales et aphrodisiaques en faisaient une denrée appréciée par ce peuple d’Amérique du sud.


Le cacao était utilisé à de nombreuses occasions bien particulières : cérémonies religieuses, mariages ou encore préparation pour la guerre. Seuls les guerriers et les figures religieuses et politiques pouvaient en consommer tant la graine détenait une place particulière dans la culture maya. À tel point que les fèves de cacao étaient aussi utilisées comme monnaie d’échange par les peuples sud-américains. C’est dire leur grande valeur !


L’arrivée du chocolat en Espagne

En 1502, Christophe Colomb découvre les fèves de cacao. Ne comprenant pas l’intérêt de l’étrange « amande », remarque l’intérêt des peuples d’Amérique pour ces fèves mais les délaisse. Vingt ans plus tard, lors de la colonisation du Mexique, l’explorateur Hernàn Cortés y apporte plus d’attention et décide d’y goûter. Le goût amer du breuvage déplaît fortement aux colons qui y ajoutent de la vanille, du miel puis du sucre.


En 1528, Cortés envoie plusieurs caisses de cacao au roi d’Espagne, Charles Quint. La royauté espagnole est alors conquise par ce produit inconnu exotique et en importe en grande quantité. Charles Quint s’approprie rapidement le commerce cacao et établit le monopole.


Si les fèves de cacao sont importées en grande quantité, leur consommation reste réservée aux nobles. Le breuvage chocolaté est préparé dans des monastères par des moines et demande un travail intense pour concasser la coque des fèves et récupérer la pâte de cacao. Le chocolat chaud est alors un met très cher, réservé aux nobles et aux bourgeois.


Le chocolat étant très riche et dense, certains y ajoutent un peu de lait. Ce mélange marque l’appropriation du cacao par les Espagnols qui en raffolent. À tel point que les aristocrates espagnoles prennent l’habitude d’en boire partout, même à l’Église pour rester éveiller lors des longs sermons ! La pratique est rapidement interdite et la consommation de chocolat fait débat au sein des ordres religieux : le chocolat ne serait-il pas un péché ? D’autant que sa consommation va « à l'encontre des préceptes de la mortification de la chair et du vœu de pauvreté ».


Un met devenu tendance

Si le chocolat fait fureur en Espagne, dans le reste de l’Europe le met est totalement inconnu. Il faut attendre 1615, soit le mariage de l’infante espagnole Anne d’Autriche avec Louis XIII, pour que la cour française découvre et s’empare à son tour du met sud-américain. Peu à peu, les riches Français débutent leur journée à la mode espagnole : un chocolat chaud à la main.


Si c’est par le biais d’Anne d’Autriche que le chocolat fait son entrée en France, c’est grâce à Marie-Thérèse d’Autriche que le chocolat entre dans les habitudes de la cour du château de Versailles. Le chocolat devient le breuvage à la mode et détrône peu à peu le café et le thé.


La démocratisation du chocolat

Jusqu’au 18ème siècle, le chocolat est réservé à la bourgeoisie. Si son prix continue d’être élevé, des recettes avec du chocolat sont mentionnées dans des livres de cuisine.

C’est grâce à la révolution industrielle que le chocolat se démocratise. Au 19ème siècle, la fabrication du chocolat devient plus facile, notamment avec l’arrivée du travail à la chaîne, la création de nouvelles machines et l’apparition de chocolateries industrielles. L’exportation est simplifiée, le prix du sucre et des matières premières en générale baisse… Bref, avec le temps, le chocolat est produit en masse et devient un bien de consommation abordable.


Avec les années, le cacao prend de nombreuses formes : en tablette, en poudre, en barre, en mousse, en pâte à tartiner, en glace… Les marques se multiplient et des noms se démarquent : Van Houtain, Albert Poulain, Rodolphe Lindt, Henri Nestlé, Franck Mars et tant d’autres !

Aujourd’hui, le chocolat est accessible à tous pour notre plus grand plaisir ! Sa consommation a bien changé depuis ses origines sacrées.


Lire aussi :


Sources :

Posts récents

Voir tout