Pourquoi mange-t-on des beignets à mardi gras ?

Dernière mise à jour : 12 mars

Beignets, bugnes, merveilles ou encore pets-de-nonne... Mardi gras apporte une série de recettes alléchantes. Si on en a conservé le côté gourmand, on en oublie presque le caractère spirituel et religieux.

des beignets et des bugnes pour mardi gras
Crédits : gwenael le vot - iStock

Pour une grande partie de la population, mardi gras rime avec carnaval, déguisements et beignets. Une tradition que l'on fête génération après génération et transmet les origines païennes.


Mardi gras, une fête païenne

On pense souvent que mardi gras est une fête chrétienne, mais c'est en fait une tradition romaine pour célébrer la fin de l'hiver et l'arrivée du printemps. On fêtait la renaissance de la nature et donc le début de l'année agricole.

Ce "retour à la vie" s'étendait pendant 10 jours appelés les Calendes de Mars (en l'honneur du dieu de la guerre, Mars). Les fêtes y étaient débridées : déguisements, musique, nourriture en abondance... dont des beignets ! « À l’origine, manger gras pour le carnaval, c’est prouver que les greniers sont encore pleins », explique l'anthropologue Nadine Cretin.


Avec le temps, le christianisme s’appropria cette fête. Les Calendes de Mars devinrent ainsi l’entrée dans le Carême, une période de 40 jours lors de laquelle les chrétiens mangent "maigre" en référence aux 40 jours de jeûne de Jésus-Christ dans le désert. Avant d'entamer cette période, il est de coutume de manger en grande quantité avant de se priver d'aliments "gras" comme la viande ou encore le beurre et le sucre... que l'on retrouve dans la recette des beignets de mardi gras !

Mardi Gras est donc l'occasion des carnavals. On profite en effet de ce jour pour faire la fête en se déguisant avec des costumes et des masques. D’ailleurs « carnaval » vient des mots latins « carne levare » qui signifient « retirer la chair », bref, le jour où l’on pouvait manger du gras, du sucre et des œufs !


Lire aussi : Pourquoi fait-t-on des crêpes à la Chandeleur ?


Les beignets de mardi gras selon les régions

Cette tradition se célébrait dans toute la France, ce qui explique les nombreuses variantes des beignets:

  • À Lyon, on parle de « bugne »

  • À Bordeaux de « merveilles »

  • En Champagne des « pets de nonnes »

  • À Nantes des « bottereaux »

  • En Provence « des roussettes » ou des « chichis »

  • Dans le Poitou, des « tourtisseaux »

  • En Sologne, des « rondiaux »

  • Dans le Languedoc, des « oreillettes »

  • Et des « bougnettes » en Catalogne.

À chaque région, la friture prend une forme et une saveur différentes !


Lire aussi : Pourquoi les gaufres ont-elles des petits carrés ?


Sources :

  • Nadine Cretin, Fêtes de la table et traditions alimentaires, et Fête des Fous, Saint-Jean et Belles de Mai. Les fêtes du Calendrier.

  • La Vie

  • Le Figaro